Association de Photographes Spécialistes du Nouveau-Né » Regroupement de photographes cherchant à promouvoir de bonnes pratiques autour des séances photo nouveau-né

RC PRO : Se prémunir des risques du métier

Savez-vous que légalement, toute entreprise (même la plus petite) à l’obligation d’assumer l’ensemble des dommages qu’elle causerait à un tiers ?

Par exemple vous voulez éviter le petit zébulon de deux ans qui file entre vos jambes, vous trébuchez et vous cassez un élément de mobilier ou l’écran de télé lors d’une séance photo au domicile de votre client.

Ce n’est pas votre faute ? Et bien si !

Vous êtes légalement responsable.

D’ailleurs votre responsabilité sera engagée en cas de préjudices causés par :

  •  Votre propre fait
    Par exemple, vous faites un reportage à domicile et vous reculez dans le portail du voisin.
  • Imprudence ou négligence de votre part
    Par exemple, vous avez oublié/pas eu le temps de sauvegarder vos images et votre disque dur principal meurt subitement. Cela vous met alors dans l’incapacité de délivrer les photos à votre client
  • Vos salariés
    Tous les exemples cités au dessus (pas en même temps hein 😉 )
  • Les choses qui vous appartiennent (matériel, machines, bâtiments …)
    Par exemple, l’enseigne de votre studio se décroche et blesse gravement un passant ou un client trébuche sur le pied de votre flash studio.

Alors comment faire ?

Parmi les nombreuses possibilités qui s’offrent à vous, pour assurer votre protection et celles de vos clients, nous vous parlons aujourd’hui de l’assurance responsabilité civile professionnelle.

Pourquoi celle-ci ?

Tous simplement parce que la responsabilité civile professionnelle c’est l’assurance de base, à laquelle toute entreprise doit au minimum souscrire afin de se protéger.

Est-ce qu’elle suffit ?

Il se peut, suivant votre situation (si vous avez un studio ou non, selon votre CA etc), que certaines garanties non incluses dans la RC pro, soient pourtant essentielles pour votre entreprise. Nous vous invitons donc à demander conseil à votre assureur qui vous proposera par exemple en complément, un contrat multirisque professionnel.

L’assurance responsabilité civile professionnelle est-elle obligatoire ?

La réponse est non … mais en tant que photographe spécialiste du nouveau-né, il ne serait vraiment pas sérieux, et même extrêmement risqué d’y déroger tant les conséquences d’un accident pourraient être graves.

Vous l’avez compris la RC pro va couvrir les conséquences financières de tout éventuel dommage corporel, matériels ou immatériel que vous pourriez causer à autrui, que ce soit par négligence, faute ou simple imprudence.

Imaginez ce qui arriverait si vous n’aviez pas souscris cette assurance, si vous deviez payer de votre poche la prise en charge des dégâts causés.

Par exemple, reprenons ce client qui a chuté dans votre studio. Il a une entorse et ne peut plus travailler alors qu’il est intérimaire… vous la voyez l’ampleur de la situation ?
Vous risqueriez donc fort de faire courir la faillite à votre entreprise, avec les conséquences dramatiques que cela pourrait aussi entraîner sur votre vie personnelle, dans le cas d’une micro entreprise ou entreprise individuelle.

La couverture de la responsabilité civile professionnelle s’applique aussi bien aux dommages mineurs qu’aux accidents graves.
Vous l’aurez compris, l’assurance responsabilité civile professionnelle n’est certes pas une obligation pour un photographe professionnel, mais elle est très fortement recommandée et c’est un gage de sérieux.

Quel budget annuel prévoir pour vous prémunir des risques du métier de photographe ?

Le tarif d’une assurance civile professionnelle peut varier légèrement d’un assureur à un autre, mais aussi et surtout en fonction des garanties incluses votre contrat. De manière générale, votre assureur pourra certainement vous proposer la RC pro pour un budget annuel moyen de 120€.


POUR ALLER PLUS LOIN :

Le Code Civil décrit le principe général de la Responsabilité du chef d’entreprise dans son article 1382 : « Tout fait quelconque de l’homme, qui cause à autrui un dommage, oblige celui par la faute duquel il est arrivé à le réparer. »
Ainsi que dans son article 1384 : « On est responsable non seulement du dommage que l’on cause par son propre fait, mais encore de celui qui est causé par le fait des personnes dont on doit répondre, ou des choses que l’on a sous sa garde. »

Envoyerun message Partager sur Facebook Partager surtwitter Partager surPinterest

Votre email n'est jamais publié ou partagé. Champs requis *

*

*