Association de Photographes Spécialistes du Nouveau-Né » Regroupement de photographes cherchant à promouvoir de bonnes pratiques autour des séances photo nouveau-né

Savoir, savoir faire, savoir être chapitre 2

L’aube des sens

Ou comment bien connaître le nouveau-né nous aide dans notre pratique

 

 « être enceinte, c’est vivre à deux dans un même corps, au même rythme »
Jacques Salomé, les mémoires de l’oubli

 

Dans ce chapitre, c’est dans le bain sensoriel que nous allons plonger. Dans la matrice, l’utérus, pour apprendre à découvrir ce foetus qui deviendra sous peu le nouveau-né que nous allons photographier.

Durant la gestation le foetus est baigné dans un univers sensoriel, il développe petit à petit ses 6 sens. Les 5 principaux : le toucher, l’odorat, le goût, l’ouïe et la vue, mais aussi le sens du mouvement. Ce façonnage se fait au fur et à mesure des diverses expériences
de la vie utérine. Les détecteurs sensoriels se mettent en place, et grâce aux nerfs l’information est ensuite transmise au cerveau.
Revenons sur ces sens l’un après l’autre, au fur et à mesure de leur développement.

LE TOUCHER

Louise,-4-jours-5

C’est le premier sens à se développer, il est favorisé par la pression du liquide amniotique sur la peau. Les tous premiers récepteurs sont la bouche et les lèvres, ils s’étendent ensuite au visage et enfin sur tout le corps. Au fur et à mesure que ce sens se développe le foetus effectue divers expériences : il suce son pouce, s’agrippe à son cordon, caresse son visage…. il se fabrique son petit répertoire de sensations.

LE MOUVEMENT

Dans le ventre de sa mère le foetus baigne dans le liquide amniotique, bulle d’apesanteur. Il ressent ses propres mouvements et ceux de sa mère à travers les vibrations de cette « eau ». Cette stimulation captée par l’oreille interne (on parle de système vestibulaire) joue un rôle primordiale. C’est le deuxième sens qu’il acquiert, il est fondamental dans le développement de son équilibre, de sa représentation de son corps dans l’espace. C’est ce qui lui permettra de marcher, de courir, de faire des manèges…

L’ODORAT

Julie_Roz_Rose-18Troisième sens à se mettre en place, l’odorat va se développer grâce aux diverses sensations olfactives apportées par le liquide amniotique. Ainsi à la naissance le nouveau-né est capable de reconnaître l’odeur de sa mère, l’odeur du sein maternel, du lait maternel (le liquide amniotique et le lait maternel ayant la même signature aromatique).

LE GOUT

12279241_10207684935899670_8216632139080816569_n

L’apparition des papilles gustatives se fait vers 3 mois, elles se développent doucement. Elles permettent au foetus d’apprendre à distinguer les 4 goûts fondamentaux, sa préférence allant d’ailleurs vers le sucré. Ses expériences gustatives se font à travers l’ingestion de liquide amniotique dont le goût varie selon l’alimentation de la mère.

L’OUÏE

Cocoon Photo Lana APSNN

C’est l’avant dernier sens à se développer, ce n’est que vers 5 mois que le foetus distingue vraiment les sons. L’ouïe est le sens le plus aiguisé chez le nouveau-né, dans l’utérus il est dans un bain de sons : les bruits digestifs, de circulation, cardiaque, mais aussi les bruits filtrés de son environnement, la voix maternelle. A la naissance il peut ainsi reconnaître la mélodie et l’intonation de la voix de sa mère.

 

LA VUE

Marylou-40

C’est le sens le moins développé, la pénombre de l’utérus offre peu de stimulations. C’est seulement vers le 6 ème mois que le nouveau-né va percevoir la lumière si la mère expose son ventre au soleil ou à une lumière forte. A la naissance le nouveau-né voit le mieux à 20-30 cm environ, ce qui correspond approximativement à la distance séparant son visage de celui d’un adulte lorsqu’il est tenu dans les bras. Il aime les formes complexes qui peuvent se rapprocher du visage humain.


Comment mettre en pratique ces informations dans notre travail ?

l_aubedessensV2-4

Envoyerun message Partager sur Facebook Partager surtwitter Partager surPinterest

Votre email n'est jamais publié ou partagé. Champs requis *

*

*