Association de Photographes Spécialistes du Nouveau-Né » Regroupement de photographes cherchant à promouvoir de bonnes pratiques autour des séances photo nouveau-né

L’emmaillotement, l’emmaillotage, le « wrapping »… Voici des mots que l’on voit fleurir de plus en plus dans les livres, les magazines ou les blogs spécialisés bébé depuis quelques temps.

Mais à quoi ça correspond exactement ?

Emmailloter son bébé consiste à l’envelopper dans une couverture de manière à limiter ses mouvements.

Cette  pratique, bien qu’elle ait évolué, n’est pourtant pas nouvelle. Elle existe depuis le 18ème siècle et aurait des vertus pour apaiser bébé et améliorer son sommeil.

photographe jumeaux lyon macon

Beaucoup de nouveaux-nés rencontrent en effet des troubles du sommeil : difficultés d’endormissement, nuits agitées… Après 9 mois confiné dans un véritable cocon protecteur au creux de leur maman, bébé est désormais libre de tout mouvement corporel. Souvent couché seul dans son grand lit ou son berceau, la sensation de vide tout autour procurerait chez certain nouveau-né un véritable stress. Ne se sentant plus « contenu », ce trop plein d’espace serait source d’angoisse.

Il a été prouvé que l’emmaillotement faciliterait donc le sommeil de bébé. Le fait d’être enveloppé et contenu dans une couverture ou un lange pourrait en effet rappeler à bébé les limites semblables à celles du ventre de sa maman, lui apporter chaleur et sécurité, et ainsi l’apaiser pour un meilleur sommeil. Emmailloter bébé permettrait aussi d’atténuer les coliques grâce à la pression chaude de la couverture ou du lange. Le « réflexe de Moro » (sursaut brutal lorsque bébé dort) serait également diminué puisque les bras et le haut du corps de bébé sont maintenus par la couverture.

photographe bebe rouen

En images…

En séance photo de nouveau-né, beaucoup de photographes vous proposeront d’ailleurs d’emmailloter votre bébé pour quelques prises de vues, afin de l’aider à s’endormir et le mettre dans un climat de bien-être, tout en confiance. Sur le dos, dans un contenant, dans les bras de ses parents… voici quelques jolis emmaillotages en images :

photographe rouen
photographe famille lyon

 

Emmailloter en toute sécurité

Si vous trouverez facilement de nombreuses vidéos vous montrant pas à pas comment emmailloter votre tout-petit pour l’apaiser chez vous au retour de la maternité, voici néanmoins quelques règles à ne surtout pas omettre :

  • Rappeler-vous : on emmaillote un bébé pour l’aider à s’endormir et pour lui garantir un sommeil plus serein. Si vous essayez d’emmailloter votre bébé pour le calmer lorsqu’il est déjà en crise, ce sera beaucoup moins facile à mettre en place car bébé gigotera davantage et ne sera pas forcément disposé à ce moment-là (la solution du portage sera alors plus adaptée, cf article récemment publié : Mon bébé se porte bien ).
  • La pression de la couverture doit être suffisante pour bien maintenir le haut du corps de bébé (bras, buste) mais ses jambes doivent pouvoir bouger facilement et ne doivent pas être serrées par l’emmaillotement
  • Faites attention à la température. S’il fait trop chaud dans la pièce ou si bébé présente de la fièvre, n’ayez pas recours à cette méthode
  • Dès que votre enfant commence à bien bouger (vers ses 3 mois) ou à se retourner tout seul, l’emmaillotement ne peut plus être pratiqué car il pourrait s’avérer dangereux pour bébé (risque d’étouffement ou de suffocation avec la couverture ou le tissus).
  • Enfin, cette méthode doit rester utilisée avec parcimonie ! Il ne s’agit pas d’emmailloter son bébé à chaque sieste ou chaque nuit, mais de lui proposer quand on sent qu’à ce moment précis, cela pourrait l’aider à s’apaiser. En tant que parent, nous savons au fond de nous ce qui est le mieux pour nos enfants et il est important d’écouter son instinct. Si  bébé ne semble pas réceptif à l’emmaillotage, n’insistez pas, il existe beaucoup d’autres solutions pour aider votre tout petit à mieux dormir (bruit blanc, cododo…)

Dans tous les cas, n’hésitez pas à demander de l’aide à une personne spécialisée (votre sage femme, une puéricultrice…) qui saura vous montrer les gestes sûres pour pratiquer cette méthode à la maison.

Cette méthode, très répandue aux Etats-Unis notamment, a fait ses preuves en France depuis quelques années et de nombreux parents et maternités y ont recours.

Et vous, que pensez-vous de l’emmaillotage ? L’avez-vous déjà pratiqué pour votre bébé, y avez-vous songé au cours de votre grossesse ?

Envoyerun message Partager sur Facebook Partager surtwitter Partager surPinterest

Une maternité qui ferme, c’est une grande étape. Un livre avec tant de pages écrites que l’on referme.
Dans le cas de la maternité Paul Gellé à Roubaix, c’est pour une bonne nouvelle… car c’est pour faire place à la maternité de Beaumont quelques rues plus loin.
Mais pour marquer ce passage, une photo de groupe est organisée. Oui, oui une photo de groupe!

 

Vous êtes né à la maternité Paul Gellé ?  Pour dire au revoir à l’ancienne maternité, le Centre Hospitalier vous invite à une grande photo-souvenir prise par un drone.

 

Rendez-vous le 3 mai à 12h30 devant la maternité
91 Avenue Julien Lagache à Roubaix

Attention, si le temps est pluvieux, l’événement sera reporté au 10 mai à 12h30, au même endroit.
Merci de nous confirmer votre présence sur l’adresse-mail : secr-communication@ch-roubaix.fr

 

 

L’évènement est aussi référencé sur Facebook

Envoyerun message Partager sur Facebook Partager surtwitter Partager surPinterest

 Porter son enfant est naturel

Le bébé est un petit mammifère et après sa naissance, ses premiers besoins sont la proximité et la sécurité. Le bébé s’est développé dans le ventre de la maman pendant 9 mois. Protégé par la chaleur de son corps, bercé par sa voix et les battements de son cœur. C’est le seul milieu qu’il connait et où il se sent bien. Tout naturellement, après la naissance, il a besoin de cette chaleur et de ces bruits connus pour se sentir en sécurité.

Nous n’avons pas besoin d’être parents pour savoir que dans sa vie, le bébé sera beaucoup porté pour être câliné, rassuré, nourri, pour éveiller sa curiosité, pour être protégé de la pluie ou du vent… C’est en ce moment que vous allez avoir le choix pour répondre à ce besoin vital : porter dans les bras ou porter en écharpe. Je vous laisse deviner la solution qu’aurait choisi votre dos et vos épaules. 😉

Rassurez-vous, votre bébé ne peut pas prendre de « mauvaises habitudes » en étant porté. Il ne peut pas être trop gâté par le contact physique avec sa maman. Bien au contraire ! Une fois son besoin de proximité satisfait, il va pouvoir se détacher plus facilement de sa maman pour découvrir le monde à son tour et revenir quand il en aura à nouveau besoin.

Pourquoi porter son enfant ?

  • Parce que c’est bon pour tout le monde: le bébé et la maman!
  • Parce que ça vous libère les mains (oh, le bonheur de pouvoir faire presque tout avec son bébé endormi sur sa poitrine ❤). Si vous avez déjà un enfant, l’aîné ne se sentira pas mis de côté après la naissance du bébé.
  • Parce que vous pouvez allaiter discrètement sans enlever le bébé de l’écharpe.
  • Parce que ça vous permet de retrouver plus facilement votre corps d’avant la grossesse.
  • Parce que quand votre bébé dort sur vous, vous n’avez pas besoin de vérifier tous les 5 minutes s’il respire dans son lit, s’il n’a pas vomi, s’il n’a pas froid …
  • Parce que l’accouchement ne se passe pas toujours comme nous l’avons souhaité et le portage peut vous permettre de développer l’attachement entre le bébé et sa maman (ou papa !)
  • Parce que ça vous facilite les déplacements en ville et porter votre bébé lui permets de respirer moins d’émissions de voitures que quand il est installé dans la poussette.

Qu’est-ce que le portage apporte au bébé ?

Nous avons déjà parlé du besoin de proximité et sécurité mais en plus, le portage permet à votre bébé l’adaptation plus facile à son nouvel environnement, développe sa tonicité musculaire (puisque le bébé bouge en même temps que la maman et il n’est pas juste allongé dans la poussette). Porter votre bébé lui permets meilleure digestion et atténue les effets du reflux gastrique.

Par où commencer ?

La première chose que je peux vous conseiller, c’est de regarder autour de vous et chercher une sage-femme ou une monitrice de portage qui propose des ateliers en groupes ou individuels. Les tutoriels que vous pouvez trouver sur internet sont un bon support pour aller plus loin mais les professionnels peuvent vous proposer les ateliers de découverte pour vous expliquer les différents moyens de portage et de vous conseiller celui qui est le mieux adapté à vos besoins. Vous pouvez poser toutes vos questions et le premier nœud que vous allez apprendre sera « vérifié et approuvé ».

Si vous souhaitez un moyen de portage facile et adapté dès la naissance jusqu’à la marche, regardez de côté des slings. Ces écharpes courtes avec les anneaux se portent sur une épaule et sont très faciles à « apprivoiser ».

Les écharpes en maille élastique sont les plus répandues sur le marché mais elles sont souvent trop longues (en général autour de 5m) et un peu fastidieuses à maîtriser parce que pour bien soutenir le dos du bébé, vous avez besoin de l’envelopper dans de plusieurs couches de tissu.
Bref, vous avez tout compris: le portage, c’est trop de la balle ! Votre écharpe s’adapte au poids de votre bébé, les couleurs et matières vous permettent de les coordonner avec vos vêtements pour devenir votre accessoire préféré. Alors  pourquoi s’en priver ?

Votre bébé grandira si vite. Profitez de ces moment uniques avec votre bébé blotti sur votre poitrine «  à porté de bisous« .

Pour aller plus loin http://www.porte-bonheur.fr

Merci à Laure Fabre, sage femme à Rians de ses précieux conseils.

 

Envoyerun message Partager sur Facebook Partager surtwitter Partager surPinterest

Rares sont celles et ceux qui ne connaissent pas encore la Wop Family mais je suis sûre que vous apprécierez de passer un peu de temps en compagnie de Stéphanie qui répond aujourd’hui à l’interview de l’APSNN. Prenez votre mug préféré avec votre thé bien chaud ou un bon petit café et venez savourer qq viennoiseries au coin du feu avec nous, vous allez découvrir ou redécouvrir la délicieuse Wopgirl de Wide Open Photographies.

Avant de parler un peu plus en détail de tes séances nouveau-né et de ton activité photo, j’aimerais que tu nous parles un peu de toi. Si tu devais te définir en 5 mots, lesquels seraient-ils?

« La meilleure maman du monde », ça marche? ah non ça c’est la réponse de ma fille ainée!

Je dirais entière, douce avec parfois un tempérament volcanique (oui oui ça existe), passionnée, dingue de design et aventurière.

Pratiques tu une activité sportive? À part t’occuper de tes 2 petites merveilles au quotidien je veux dire 😉

J’en ai fait longtemps mais ça c’était avant! Depuis la naissance de notre 2e, je n’arrive pas à trouver le temps. Alors oui pour l’instant mon seul sport c’est de courir après mes filles, monter mes escaliers, partir à l’autre bout de la France valise à la main et faire mon ménage en musique.

Quel est ta plus belle qualité? Tes amis disent de toi que tu es…

Bienveillante, je pense que c’est ce qui résume mon tempérament et ma relation avec les autres.

Et quel est ton plus grand défaut? C’est l’heure des confessions…

oulaaa…… (très) exigeante peut être 

Avec les voyages wop, ça te donne une idée des jolis coins de notre beau pays. Si tu devais déménager, quelle région aurait ta préférence si cela se présentait?

Ah ah bonne question! car dès que je rentre d’un voyage je m’imagine déjà une vie ailleurs, j’ai envie de déménager, tout changer et redécouvrir une autre région.

C’est un projet que nous avons en tête. Qui sait peut être un jour!

Pour l’instant je n’ai pas encore LA région idéale, peut être parce que je ne l’ai pas encore visitée ou que je suis trop …exigeante!

Mais il faut avouer qu’elle ressemblerait à l’accueil des plus généreux de l’Alsace, la beauté hors norme des ports et bords de mer de Bretagne, la qualité culinaire du sud ouest, les montagnes de Savoie, la campagne lyonnaise, et proche d’une frontière.

Alors ça existe? 😉

En un mot, si tu étais…. tu serais…

Un fruit – une fraise

Une destination de voyage – le vietnam

Une chanson – hometown glory d’adele

Une fleur – la fleur d’oranger

Un livre – un guide de voyage

Une couleur – le noir

Une danse – le jive

Un monument – le musée Vitra

Un film – dirty dancing! (oui j’assume)

Un sentiment – la joie

Un animal – un chat

Que faisais-tu avant d’être photographe et comment la photo est elle entrée dans ta vie?

Dans mon autre vie, j’étais architecte intérieur. Un métier que j’avais pleinement choisi et qui me plaisait beaucoup.

La photo a pris de plus en plus de place dans ma vie et un jour l’opportunité de « sauter du plongeoir » et en faire mon activité à temps plein.

La photo n’est pas entrée dans ma vie à la naissance de mes enfants, ni parce que je suis tombée dedans petite.

Même si je dois avouer que j’avais l’habitude de voir maman avec un appareil photo argentique à la main et que j’ai la chance d’avoir beaucoup de photos de moi petite.

C’est plus par hasard, en découvrant un peu plus celui qui partage ma vie aujourd’hui. Nous sommes partis vivre en Angleterre il y a maintenant 15ans (gloups..!), et l’envie de parcourir la ville par hasard. Capter des fragments de vie, des quotidiens un peu à la Doisneau. Alors bien souvent chaque soir nous prenions un bus, n’importe lequel le 1e qui venait, nous nous arrêtions à n’importe quelle station et on partait à la découverte appareil la main.

Cette « occupation » est devenue très vite une passion dévorante pour nous 2 qui donnait d’aller toujours plus loin, de maitriser l’appareil et relever des challenge photo.

Une fois rentrés en France nous nous sommes mariés et avons découvert l’univers du mariage. c’est là que nous avons plongé dedans, par le mariage.

Chemin faisant, nous avons créé notre entreprise réalisant des reportages mariage. Puis nous avons eu Anna, et la notion de famille est vite arrivée également dans notre vision photographique. 


 Comment qualifierais tu ton style en tant que photographe de NN?

Intemporel et surtout physiologique. Recréer à ma façon le cocon que le bébé a connu pendant 9 mois. C’est vraiment des plus fascinant car on découvre comme le bébé évoluait dans le ventre, les positions qu’il prenait, ses habitudes. 

Qu’est-ce qui t’importe le plus lors d’une séance photo NN? Le bien-être de bébé, la relation avec les parents, le côté artistique…)

Le plus important c’est le moment vécu, que ce soit pour le bébé que pour ses parents. Ce moment un peu hors du temps où l’on oublie les rendez vous, les heures qui passent. On profite juste de ce bébé pour l’admirer et parfois sous des angles que l’on a pas l’habitude.

As-tu réalisé plusieurs formations newborn à tes débuts? Qu’elle a été ta plus belle rencontre et que t’a t-elle le plus apporté?

J’ai suivi 2 formations. L’une avec Chelsea Stirlen qui est principalement dans le « newborn posing ». Cette journée à ses côtés a été très enrichissantes pour perfectionner ce que je connaissais déjà et apprendre de nouvelles choses. 

Mais la vraie révélation est venue de ma rencontre avec Kristen Cook. Là j’ai compris qu’au fond de moi, ce que je désirais le plus c’était photographier le nouveau-né dans toute sa pureté, dans sa nature profonde de son petit être, l’écouter, le laisser me guider, et oublier les poses toutes faites. Juste lui et rien d’autre. Car dans 5, 10, ou 40ans ce que l’on aime garder ce n’est pas la couleur du bonnet qu’il avait à 7 jours, mais bien lui comme il était si beau, si petit, si fragile.

Penses tu réaliser un jour des formations?

J’ai souvent eu des demandes. J’y ai réfléchi mais je ne sais pas encore répondre à cette question. Pour l’instant, non je ne forme pas.

Quel est ton accessoire/outil préféré ou indispensable en séance NN? À part le bébé ou l’appareil photo je veux dire 😉

Ma musique! Chez moi pas de bruit blanc, juste ma musique préférée. Un peu comme je faisais et je fais toujours avec les filles chez nous au quotidien.

Quelle est ta principale source d’inspiration?

En terme d’images, mes filles indéniablement. Les enfants sont une source inépuisable d’imagination, d’attitudes, de surprises. 

En terme de sensibilité, la nature. J’aime la voir évoluer au fil des saisons et m’en inspirer pour qu’elle soit 

Et en terme de photographie, Kristen Cook encore une fois.

Quel est ton plus beau souvenir de séance?

Mon plus beau souvenir de séance, en dehors de la séance que j’ai fait de notre 2e fille et qui m’avait bouleversé en la démarrant (le combo hormones + mes filles réunies c’était « trop »), vient d’un couple que j’ai rencontré tout récemment. Un couple des plus unis et sensible qui, touché par leur fille, sa beauté, sa présence dans leurs vies, ont fondu en larmes tous les 2 pendant la séance. C’est toujours beaucoup d’émotions pour moi de rencontrer des familles qui viennent d’accueillir un bébé. C’est un moment de vie tellement intense et unique.

Et ce jour là, j’étais moi aussi prête à fondre en larmes avec eux car je me revoyais en eux à la naissance de mes enfants.

Cette fierté, cette joie, cet amour immense que l’on ressent en si peu de temps.

Quelle est ta photo nouveau-né préférée?

Celle qui me rappelle l’échographie. Car c’est comme si tout prenait vie sous nos yeux.

As-tu une pose préférée pour les bébés que tu photographies?

Ne faisant pas de pose toute faite, non je dirais celle où le bébé sourit à la vie 😉


 As-tu des projets ou des envies et séance particulières pour les années à venir? (Des jumeaux, des triplés, des bébés métissés, un reportage d’accouchement…)

Mon projet de photographier un accouchement est et restera le gros projet que je souhaite vivre. J’y arriverais un jour, j’y crois!

Par contre c’est vrai que j’aimerais beaucoup photographier plus de bébés métissés.

Des triplées j’ai eu cette chance et c’est très intense, c’est même très impressionnant. 

Des jumeaux, au moment où je répond à cette interview, je suis justement en route pour une séance nouveau-né en Suisse pour 2 bébés de 6 jours. 😉

Est ce que dans le duo Wop il arrive aussi à Matthias de réaliser des séances NN?

Il en a fait, mais désormais non plus du tout. Il me laisse câliner en toute tranquillité!

Revois-tu souvent les petits bébés que tu photographies à la naissance?

Oui cela m’arrive souvent de suivre les familles, déjà par échanges de nouvelles mais aussi pour les retrouver pour une séance famille. C’est un vrai plaisir et privilège de pouvoir les accompagner dans leur évolution, voir leur famille grandir, changer, et s’agrandir aussi parfois!

Pourquoi est-ce important pour toi de faire partie de l’association et de véhiculer ses valeurs?

Cette association est venue du désir de sensibiliser les parents et les professionnels à la nature même du nouveau-né. Tout le respect que l’on doit y apporter. 

Un nouveau-né est avant tout une personne avec des émotions, des préférences, une histoire.

On ne peut occulter cela juste parce que c’est un bébé, qu’il ne parle pas. Au contraire, c’est tout cela qui fait qu’on peut essayer de le comprendre et mieux « communiquer » avec lui. Car aussi petits soient ils, ils ont des choses à dire, avec leur corps, avec leur visage, avec leurs émotions.

Bien souvent on veut que l’enfant s’adapte à nous alors que ce serait plutôt à nous de nous adapter à lui. Lui qui n’a rien demander à arriver sur terre, et qui pourtant relève tous les défis afin d’y faire sa place comme il le peut. L’association met en lumière tout cela.

Pour le mot de la fin, as-tu une recommandation particulière à transmettre aux parents ou aux photographes qui nous lisent?

Ne vous hâtez pas.

Quand on est parents, bien souvent on se dit « oh comme j’ai hâte qu’il fasse ça, ou qu’il connaisse cela ».

Et une fois l’étape passée on se languit de la prochaine.

Mais la vie défile bien trop vite pour souhaiter qu’elle aille encore plus vite.

Il faut vraiment profiter de chaque moment qu’elle nous offre car ils sont inévitablement éphémères et jamais nous n’aurons l’occasion de les revivre.

Retrouvez tout l’univers de Stéphanie sur son site internetson blog et son profil Instagram.

 

Envoyerun message Partager sur Facebook Partager surtwitter Partager surPinterest

Le bain est souvent un moment privilégié de partage et de connexion entre le nouveau-né et son parent.


Dans sa pratique courante, et classique, il peut cependant faire ressurgir une certaine vulnérabilité du bébé mais aussi les inquiétudes du parent se trouvant parfois désemparé face aux pleurs et au stress visible de son tout petit. En effet, le déshabillage, quand les vêtements ne le contiennent plus, le savonnage, la sensation de courant d’air, le passage dans l’eau et la perte de repères que cela peut entraîner pour le bébé sont autant d’éléments qui peuvent rendre le bain synonyme de stress et d’angoisses pour l’un comme pour l’autre.

Nous nous sommes donc intéressées au bain enveloppé, une méthode de soins pour le nouveau-né, qui redonne à ce moment toutes ses notes de magie et d’apaisement.

 

Le bain enveloppé qu’est ce que c’est?
Comme son nom l’indique, cette technique de plus en plus courante et conseillée dans les maternités, consiste à glisser le bébé dans l’eau en ayant pris soin, avant cela, de l’envelopper dans un lange, pour qu’il se sente contenu et en sécurité, aussi bien physique qu’affective.

Le bain enveloppé est de préférence donné au moment où le bébé est en éveil calme, afin de respecter son rythme au maximum.

Partie par partie, le bébé est délicatement savonné hors de l’eau, et emmailloté au fur et à mesure du déshabillage. Une fois savonnée, chaque partie du corps est aussitôt recouverte par le lange.
Bébé ainsi enveloppé, ne se retrouve jamais complètement nu, ce qui évite toute désagréable sensation de froid ou tout sursaut angoissant, fréquent chez le nouveau-né, lorsque celui-ci ne se sent pas contenu.

 

L’enfant enveloppé, est ensuite doucement glissé et bercé dans l’eau du bain grâce aux mains rassurantes et contenantes de son parent. S’en suit un pur moment de détente, d’échange de regards, et de douces interactions.

Le lange mouillé restera dans le bain tandis, que les mains du parent continueront de contenir bébé, pour une transition en douceur jusqu’à la serviette éponge qui enveloppera à son tour l’enfant, jusqu’à l’habillage partie par partie.

Quels sont les avantages du bain enveloppé ?

Le bain enveloppé favorisant un climat émotionnel sécurisant est bénéfique aussi bien pour les parents que pour le nouveau-né.Se sentant sécurisé et contenu, le bébé ne présente plus de signes de stress et n’est plus en recherche d’agrippement ou d’appuis. Relâché et détendu, il peut ainsi se rendre complètement disponible aux interactions avec son environnement et par là-même, avec sa maman et/ou son papa.

 

Cette sérénité du bébé fait écho sur le parent, qui se sent à son tour rassuré sur sa capacité à s’occuper de son bébé et à participer à son bien-être.

N’hésitez pas à demander conseil aux auxiliaires de puériculure de la maternité si vous souhaitez tenter cette douce expérience.

 

Et pour le plaisir des yeux nous vous invitons à découvrir le fabuleux travail de Sonia Rochel Krief, créatrice du Thalasso Bain-Bébé, autre méthode de bain plaisir pour bébé et que nous aurons très bientôt l’honneur de vous présenter dans un article futur !

Sonia nous montre même un bain enveloppé dans cette vidéo tournée lors de son séjour au Brésil.

La très jolie aquarelle du bain enveloppé a été réalisée par Hélène Douchet, les photos par Estelle Chhor.

Envoyerun message Partager sur Facebook Partager surtwitter Partager surPinterest